La 28th Infantry Division


à Neufchâteau pendant la
Deuxième Guerre Mondiale


Chronologie activités/opérations militaires de la 28th Infantry Division US « Keystone » dans la région de Neufchâteau de septembre ’44 à janvier ‘45, avec amicale collaboration de Mrs. Luc Pierrard, Président Cercle « Terre de Neufchâteau »



Septembre ’44

La Libération

Début septembre 1944… .

A cette période le V Corps US était sous les ordres du Gnl.Leonard T.Gerow. Il comprenait la 4th Infantry Division « Ivy », la 5th Armored Division « Victory » et la 28th Infantry Division « Keystone ». Pour les missions de reconnaissances le V Corps pouvait faire appel au 102nd Cavalry Reconnaissance Group.

7 Septembre :
La 28thID pénétra en Belgique et s’empara du centre ferroviaire de Ste. Cécile. Les opérations de la division furent dirigées à partir du Division Command Post à Douzy, Fr. Vers 13h50 elle passa à travers les lignes de la 5th AD (bloquée par manque d’approvisionnement de « fuel » () pour les chars…)  et entama sa progression sur Herbeumont (110th infantry Regiment) et Florenville (109th Infantry Regiment moins le 1er bataillon qui fut convertie avec des renforts d’autres unités en « Task Force Strickler »). Le troisième régiment, le 112th Infantry  Regiment fût rattaché en support à la 5th AD entant que 112th Regimental Combat Team (112thRCT restera auprès de la 5thAD tous le mois de septembre).

Sous la pression des assauts du V Corps les troupes de la 2 Panzer Division (7ième Armee du General der Panzertruppe Erich Brandenberger) commencèrent à reculer de plus en plus vers l’Est.


Défilé de Shermans lors de la Libération de Neufchâteau le 09 Septembre 1944

()
Les chars américains « Sherman M4» étaient équipés de moteurs dites « à étoile » : le même type de moteur tel qu’on utilisait pour les avions DC-3. Le Chrysler Multibank A57 de 425 chevaux atteignait la sympathique somme de 452 l/100 pour un réservoir de 727 litres soit une faible autonomie de 161km… tout ça pour une vitesse maximale de 42km/h sur route !

8 septembre :
Une brèche se forma entre la 7ième  et la 1ière Armee (General  Otto von Knobelsdorff). Les américains s’engouffrèrent dans cette brèche sans rencontrer de résistance et foncèrent en éventail sur le Grand-Duché du Luxembourg. Le 110thIR faisait son rentré à Jamoigne. Le nouveau Division Command Post 28th fut installé à Florenville.

9 septembre :
Le 109thIR continua sa progression et libéra Habay-la-Neuve, avant de poursuivre sa route vers la ligne Arlon-Martelange le 10. Le « DCP » demeura 2 jours à Florenville (8-9), puis déménagea vers Habay-la-Neuve le 10 septembre.

Le 110thIR quitta sa tête de pont à Herbeumont et commença à remonter la Route de Florenville direction nord nord-est. Vers la matinée l’objectif fut atteint… Neufchâteau. Le régiment entra dans la ville via la Chaussée de France, la Rue de la Bataille (Place de la Foire), la Rue Franklin Roosevelt (Grande Rue à l’époque) jusqu’à la grande Place. De là les différentes composantes se répartirent dans et les alentours de la ville afin d’y passer la nuit ().


Premiers éléments sur la Chaussée de  France en venant de Florenville le 09/09/1944

() Contrairement aux allemands les forces américaines ne faisaient jamais de déplacements important la nuit pour causes de sécurité/organisation ainsi que le repos des troupes qui était primordial au « moral » des soldats… .

Le Regimental Command Post 110th Infantry Regiment, 28thID fut établie au Vieux Château d’Assenois (Bruyères 41, 6860 Assenois-L’Eglise).



« De grandes tentes kaki dressés sur la pelouse abritèrent de nombreux soldats. Une cinquantaine de ceux-ci logèrent dans l’immense grenier» - M.Trinteler, petite-fille de Elie Parisse : extrait « Terre de Neufchâteau »


Grande Place 1944 - 2014


Grande Place au carrefour Rue Franklin Roosevelt (Grande Rue) 2014 - 1944


Place de la Foire : Jeep 28thID-110thIR hors fait étonnant avec des « medics » du 110th Medical Detachment

 


Rue Franklin Roosevelt (Grande Rue) le 9 Septembre 1944


«Dans la descente d’Hamipré, nous rencontrons une colonne de véhicules militaires arrêtée. Habitués au vert-de-gris de l’armée allemande, nous sommes un peu surpris par la couleur kaki de la carrosserie frappée, sur les capots, d’une énorme étoile blanche cerclée d’un disque également blanc. Nous allions vite nous habituer. Dire qu’il y a une heure, les Allemands étaient toujours là ! C’est à peine croyable. Débordants de joie et follement enhardis, pour les remercier de tant de générosité, nous entonnons, avec notre meilleur accent, le « It’s a long way to Tipperary »… Nous mâchonnons, comme des Yankees nouvellement promus, des chewing-gums dont nous découvrons l’existence… Papa découvre les cigarettes au tabac ‘saucé’ à la menthe ou au caramel… . »
 Trinteler Daniel : extrait bulletin semestriel « Terre de Neufchâteau » 2009.


Chaussée d'Arlon 2014 - 1944


Carrefour Chaussée d'Arlon et Rue d'en Bas 2014 - 1944


Coin Rue d'en Bas 09/09/1944

10 septembre :

Le régiment repris sa progression, principalement en rejoignant (probablement via la Rue de la Barquette) l’Avenue de la Gare – Chaussée de Bastogne. D’autres éléments continuèrent direction Ebly, puis Nives. Prochain objectif : Bastogne… .


Hôtel de Ville sur la Grande Place: en route pour Bastogne...





Decembre ’44


La Bataille des Ardennes


Prologue :


Lorsque les allemands pénétrèrent les lignes alliées dans une offensive visant Anvers, tout le monde se posa la même question : fallait-il s’attendre à un autre Blitz comme en 1940 ? Pour cette poussée le Feldmarschall Gerd von Rundstedt avait opté pour une combinaison entre l’envoie de ses meilleurs éléments et quasi la même tactique d’avancée qu’en ’40. Ces troupes seraient envoyées en direction d’Anvers, Sedan et autres villes avec comme but de couper les forces alliées en deux, aussi bien au niveau de ravitaillement que de communication. Avec un appui suffisant il espérait même pouvoir atteindre la côte, de ce fait recréant un deuxième « Dunkerque » pour les Anglais. En ce jour du 16  décembre, lorsque « l’Offensive Von Rundstedt » s’abattit de plein fouet sur la division, la 28th était postée « au repos » sur un front de plus de 25 miles après leur campagne sanglante dans la Forêt de Huertgen. Les « Keystone » se battirent pour gagner du temps : chaque acte, chaque bras zéro ou barricade n’avait que pour mission de ralentir cette avancée, le temps de se réorganiser et surtout de se rendre compte de l’ampleur de cette offensive.  Durant ces premier jours de la « Bataille des Ardennes » le Quartier Général/Poste de Commandement  de la division (28th Division Headquarters) fut évacué du Château de Wiltz vers l’ancienne Gendarmerie de Sibret avec comme but de créer un premier point de rassemblement pour les troupes ayant étés dispersés durant cette première évacuation… .

Le déroulement :

20 décembre :
Le Kampfgruffe de reconnaissance de la 26e VGD (Gnl.Kokott) du  Major Kunkel  et 5e FJD (Col.Heilmann) attaqua Sibret.

Le commandant de division Mjr.Gnl.Norman « Dutch » Cota ordonna l’évacuation de PC 28thID de Sibret vers le sud direction Vaux-les-Rosières (Nationale Bastogne-Neufchâteau).

21 décembre :
La défense du village fut établie par une petite force improvisée de la 28thID renforcée par la 527e Compagnie de pontonniers légers du génie. Le reste des troupes de Cota furent rassemblé en avant-poste sur la route Bastogne-Neufchâteau. Dans la nuit quelque 200 survivants de la bataille du 110th Infantry Regiment  à Wiltz arrivèrent au PC de la 28th. Ceux à qui l’on put donner de nouveaux vêtements et des armes furent renvoyés en ligne.  Cota disposait en outre de la compagnie de pontonniers légers du génie, retenus comme fusiliers malgré les protestations du génie du corps, quelques obusiers placés séparément autour du périmètre du village et un peloton de chasseurs de chars autopropulsé du 602e Bataillon de chasseurs de chars, qui venait juste d’arriver de la 3rd Army.

22-23 décembre :
Tôt le matin un petit groupe de traînards furent arrêtés par des sentinelles d’un avant-poste.

Parmi ces traînards se trouvait nulle autre que le Col.Daniel B.Strickler (commandant  110thIR à Wiltz) : ayant quitté Wiltz le 19 lui et sa petite troupe (Mjr.Carl W.Plitt, 28thID Operations Officer / Cpl.Getner, 28thID Chaplain’s Assistant / le « chauffeur » de Jeep de Strickler « Martin » & 2 petits groupes de « trainards » qu’ils avaient retrouvés en chemin) avaient marchés « cross-country » durant trois jours en évitant tout contact ennemie avant d’arriver au petit village.  Après un accueil comme étant « revenu des morts » il fut conduit au PC de la 28th. Vers 0800, tandis que les traînards furent « réorganisés », des obus allemands éclatèrent sur le périmètre. Des fusiliers ennemis ouvrirent le feu et un char ennemi se pointa à portée d’un des chasseurs de chars américain qui le détruisit. Un prisonnier fut capturé avant la fin du premier accès, un fusilier du 14e Régiment, 5e FJD.

 Strickler et l’officier d’état-major furent envoyés par Cota en jeep au PC du VIII Corps (Major General Troy H.Middleton) à Neufchâteau afin d’y préparer les défenses de la ville en vue d’un repli du PC en cas de défaite contre un nouveau assaut de l’ennemie.

La division ayant été « décimée » à plus de 80% durant ces 6 premiers jours de bataille la mission de Strickler dès son arrivée à Neufchâteau fut non-seulement d’établir un nouveau PC, mais également d’élaborer la défense de la ville tout en créant des « Straggler Collecting Points » (SCP) afin de récupérer un maximum de trainards/rescapés… .

En arrivant au PC du VIII Corps près de Florenville – installé au  nouveau Château d’Assenois, depuis son évacuation de l’Athénée Royal () le 21 décembre et de la Caserne Heinz à Bastogne le 19 – on lui rapporta que dans un sous-sol de l’Athénée (probablement la salle de gymnastique) quelques éléments du « Service Company 110thIR» de la 28th avaient déjà « mis en route » en petit PC. Saisissant l’occasion il ordonna immédiatement le déménagement du nouveau CP  dans l’aile gauche de l’Athénée.

 


() Selon le livre "Noel '44, la Bataille des Ardennes" de Charles B.MacDonald Mjr.Gnl. Troy H.Middleton avait effectivement établie son QG dans l'Athénée, hors lui-même logeait dans l'Hôtel de Ville juste à côté... .

« Le nouveau château fût occupé par l’Etat-Major. Au Vieux Château le 2ième étage fut réquisitionné pour les télécommunications. Un matériel important y fut installé. Les « radios », les téléphonistes et les estafettes furent les maîtres des lieux. »
Document oral. M. Trinteler, petite-fille de Elie Parisse.


Un poste de Croix Rouge fut installé dans l’ancien cinéma/théâtre dans l’Avenue de la Gare (Straggler Collecting Company « B », 103rd Medical Battalion, 28thID). Le parc derrière ce SCP près des bâtiments de L’Institut Joseph servit de parking aux chars, camions et ambulances. Rassemblant sur place des trainards de plus de 15 divisions/unités différentes et les équipant avec les « moyens du bord » Strickler installa 3 « anneaux de défense » autour de Neufchâteau. Il avait que quelques chars en soutien de l’infanterie, des artilleurs qui furent converties en infanterie faute de canons, des « medics » qui faute d’avoir perdue toute leur logistique devaient faire appel à la population civil afin d’obtenir des cuisinières, lits et le plus important… des pansements/médicaments pour les blessés ! Pour coordonner le tout il installa son PC Régimentaire dans la partie Ecole Primaire à côté du 28th Division Command Post, derrière l’Hôtel de Ville au croisement de la Rue d’Arlon et Rue des Oies.


Athénée Royal de Neufchâteau en 1930…


Regimental Command Post de Strickler 2014 - 1939

 A ce moment-là seulement 30 officiers et +/- 500 hommes de Strickler’s 110th Infantry Regiment avaient survécus les premiers jours de la bataille… . 

La nuit du 22-23 décembre les derniers éléments de la 28thID évacuèrent Vaux-les-Rosières. Cette dernière retraite clôtura les actions ainsi que le rôle principal de la 28th Infantry Division durant la « Bataille des Ardennes » : retarder au maximum l’avancée ennemie afin de permettre aux renforts de la 101 Airborne Division d’arriver à temps à Bastogne… .

24-26 décembre :
Journée sans trop d’incidents. La réorganisation des troupes continua au fur et à mesure que les « SCP » et postes MP’s (Military Police) récupérèrent des rescapés : les « SCP » à Neufchâteau récupérèrent  plus de 1200 hommes pendant la durée de leurs activités…  . Des éléments du 109thCT (les « restes » du 109th Infantry Regiment furent renforcés par des troupes d’autres unités formant ainsi une unité +/- complète appelée COMBAT-TEAM)  et 112thIR furent placés dans le périmètre défensif de la ville constituant la dernière ligne de défense afin de former le  3ième anneau défensif dites « seconde ligne ».  Le 2ième anneau défensif ou «première ligne » fut constitué par des éléments du 445th Anti  Aircraft Artillery, 635th AAA (situé près de l’abattoir, Rue Dr.Hanozet), 630th Tank Destroyer Battalion, 707th Tank Battalion et 602nd Tank Destroyer Battalion. Leur tâche constituait également à récupérer/regrouper  les « Stragglers » et de les envoyer aux « SCP’s » avec les patrouilles MP’s ou avec des « medics ». Le premier anneau défensif se constitua essentiellement de garnisons réformé en Combat Platoons qui furent mis en 6 « postes avancés » sur les axes principaux vers la ville. Le reste des troupes dites « non-combattantes » furent également converties en infanterie afin de pouvoir directement renforcer les deux premières lignes de défense ou de constituer des troupes de réserve. Comme le décrivait Pfc. Allan P.Atwell 28thMP Platoon : « Tous ceux qui savaient marcher furent mis sous les armes ! ».
 

Organisation du « Straggler Collecting Point » telle que utilisé à Neufchâteau à l’époque :



27 décembre :

Le 109thCT fut déplacé dans la région de Biourge-Grandvoir. Le 112thCT (112thIR + éléments du 7th Tank Destroyer Group) fut mis sous commandement direct du VIII Corps et déplacé afin d’assurer la défense de Libramont.

Neufchâteau subit 2 bombardements, le premier le matin sans vraiment de conséquences, le second vers 13h00: juste au moment où les troupes étaient en ligne pour manger un avion « jet » () largua une bombe de 250kg +/-10m devant le PC de Strickler au croisement Rue des Oies-Rue des Jardins, soufflant portes et fenêtres et faisant tomber un arbre juste à côté du bâtiment. Malgré les dégâts Strickler décida de garder son PC en place.  Une autre bombe tomba Rue du Four et causa de sérieux dégâts au PC Divisionnaire: toute communication avec le front fût coupée pendant une heure… .
 

« L’aile gauche de l’école subit de graves dégâts mais, dans son ensemble, la solide maçonnerie résista. » - Extrait de « Le Centenaire de l’Athénée Royal de Neufchâteau 1850-1950 » par A.Geubel et P.Perreaux édition H.DESSAIN LIEGE 1950.



Rue des Oies-Rue des Jardins 27/12/1944 - 2014



Source « Le Centenaire de l’Athénée Royal de Neufchâteau 1850-1950 » collection Luc Pierrard


Rue des Jardins 27/12/1944


() Ce largage de 7 bombes, dont 4 tombèrent dans le centre de la ville, fut exécuté le 27 par le Einsatzstaffel III/KG 76 avec des ARADO 234 selon témoignage du commandant de mission à l’époque Staffel Führer Diether Lukesch (15/07/1918 – 25/02/2004). Le KG 76 était la première unité allemande à avoir été équipé du tout nouveau bombardier « jet » expérimental : le ARADO 234 (à ne pas confondre avec le Messerschmitt 262, le premier avion de combat à réaction dont la version A-2 Sturmvogel était capable de larguer 2 bombes de 250kg, hors à ce moment-là cette version était seulement actif au sein de la KG 51 « Edelweiss » sur le front de l’est…).

 

Rue St.Roch: escorte de prisonniers pour travaux de déblaiement... 1944

28 décembre :
Le 109thCT fut mis en charge du périmètre défensif nord nord-est de  Libramont-Recogne. Le 112thCT demeura sur place.

29-31 décembre :
La 28th Infantry Division (-112thCT) demeura en charge de la défense de Neufchâteau, Recogne et Libramont. Le 30 décembre  le 7th Tank Destroyer Group  fut détaché du 112thCT et remis sous ordres direct du VIII Corps.

1 janvier 1945 :
A 14h45 l’ordre de déplacement de la 28thID fut émis. Les instructions furent données par S-3 vers 17h00 : préparer la relève par la 17th Airborne Division + préparer le déplacement du PC  vers Fumay (Charleville-Mézières) en France, le tout effectif au 2 janvier 1945.

2 janvier 1945 :
A 13h30 le « Regimental  CP » de Strickler ferma et vers 23h45 le « Regimental Convoy » quitta Neufchâteau,  direction  Les Mazures près de Charleville-Mézières.

Epilogue 1:

Durant le mois de décembre la 28th Infantry  Division perdit 4147 hommes, 205 officiers & 316 victimes parmi les unités rattachées. Le nombre de prisonniers capturés durant cette période fut de 1054. Le bombardement  du 27 fut le contact le plus proche de l’ennemi avec la ville de Neufchâteau pendant la « Bataille des Ardennes ». Après le contact des postes avancées avec la 11th Armored Division vers le 29 décembre, la ville fut considéré comme « libérée » peu de temps après que l’ennemi commença à reculer sur tous les fronts.

Epilogue 2:

La présence du Général Patton à Neufchâteau :

Points :

1.       Allan P.Atwell, 28th MP Platoon, à vue passer Patton dans sa jeep sur la Grande Place, ceci après le bombardement du 27/12/1944.

2.      Des témoignages civils – via l’intervention de Mrs. Pierrard – confirment également la présence de Patton à Neufchâteau ainsi que sa visite à des blessés après ce bombardement.

3.      Par ordre téléphonique de Eisenhower le 28/12 la 11thAD du Bgd.Gnl. Charles S.Kilburn et la 87thID furent relâchées du SHAEF Reserve et transférées au VIII Corps de Middleton. La 11thAD établit son QG à Longlier et la 87thID fut envoyée dans un périmètre entre Bertrix et Libramont, le tout en vue d’une contre-offensive sur la route Neufchâteau-Bastogne visant Bastogne pour le 30 et le secteur sud de Houffalize le 31. Afin de coordonner cette action un briefing eu lieu dans l’après-midi du 29 entre Gnl.Patton (3rd Army US), Gnl.Middleton (VIII Corps US) et Gnl.John M.Millikin (III Corps US) au QG du VIII Corps US.

4.      Selon la biographie de l’aide de camp de Patton à cette période (Charles C.Codman) ainsi que le livre « The Patton Papers : 1940-1945 » le général aurait quasi passé toute la journée dans le secteur de Neufchâteau « à visiter le front » afin de pouvoir apporter des « améliorations » stratégiques à ce futur assaut… . Par ailleurs Patton était connu pour ces « visites surprises » à toutes nouvelles unités rattachées à son armée car la seule évaluation d’efficacité des troupes qui comptait à ses yeux, c’était la sienne ! Le hasard veut qu’au moment de son passage le Gnl.Kilburn était justement en meeting chez Middleton… .

5.      Patton demandait toujours le maximum de ses troupes, dont son surnom « Old Blood and Guts ». Des termes telle que « tenir nos positions » ou de retraite étaient inconcevables pour lui, sans mentionné la notion de « battle-fatigue » qu’il considérait comme de la lâcheté pur et simple (voir le « slapping incident » avec le PVT.Charles H.Kuhl le 03/08/1943). En échange il vouait un énorme respect à ceux qui avaient fait « le sacrifice » lors des combats et n’hésitait pas à leur rendre hommage dès que l’opportunité se présentait, raison pour laquelle il avait toujours une « boite à médailles » dans sa jeep lors de ses déplacements… .



Conclusion de probabilité après rassemblement de toutes données/annotations/témoignages/AAR’s et biographies:


Le 29 décembre après avoir « inspecté » la ligne de départ de la contre-offensive & les nouvelles troupes en place à Longlier, Patton se serait rendu au QG de Middleton via la Rue de la Gare et la Grande Place afin de se rendre au Château d’Assenois direction Florenville. En passant il se serait arrêté au SCP/First Aid Station du Collecting Company B, 103rdMB 28thID (ancien cinéma-théâtre ainsi que le « Cercle Libéral ») ou on l’aurait dirigé vers l’hôpital de la Croix Rouge à l‘Institut St.-Michel (169th Medical Battalion, 429th Medical Collecting Company + éléments 465th Medical Collecting Company => furent relevées par le 224th Airborne Medical Co., 17thAB en janvier 1945).


Début 1945...

Comme décrit ci-dessus cette « visite » n’avait rien d’officiel, ce qui rend sa traçabilité très difficile (même le Gnl.Cota, 28thID, ne mentionne pas une visite de Patton à Neufchâteau dans sa biographie « Division Commander » de Robert A. Miller). Le hasard a voulu qu’il passe par là et qu’il décide - quasi d’un coup de tête -  de rendre visite à ces blessés ayants résistés sans relâche aux assauts allemands durant ces premiers jours de la Bataille des Ardennes… .



Bibliographie / Sources :


*National Archives and Records Administration, Group 407, Records of the US Army Adjutant General  World War II, Box 8596:

Ø  Action Report 16 Dec.1944 – 2 Jan.1945 Colonel Daniel B.Strickler

Ø  After Action Report, HQ 28th ID, APO28, US Army Office of the A C of S, G-1, 4th January 1945

Ø  After Action Report 110th IR 16 December 1944 – 15 January 1945 “The Ardennes Breakthrough”

Ø  Headquarters VIII Corps Office of Surgeon, APO 308, U.S.ARMY,  1 January 1945 Annual Report Medical Activities 1944

Ø  Surg., VIII Corps, Annual Report 1944

*National Archives and Records Administration, Group 407, Records of the US Army Adjutant General  World War II, Box 2735: III Corps, After Action Reports, December 1944

*Unit Report N°6,7, HQ 28th Inf.Div., 10 Feb.1945

*“La Grande Bataille des Ardennes” / Hugh M.Cole

*« Voices from the Foxholes » / Dorothy Chernitsky

Ø  Ralph Johnson – Service Co. 28th ID BOB’44

*Air-ground Teamwork at the Western Front Report/HQ Army Air Forces Washington DC

*“The Last Year of the “Luftwaffe” / Alfred Price

*« Le Centenaire de l’Athénée Royal de Neufchâteau 1850-1950 » par A.Geubel et P.Perreaux

   édition H.DESSAIN LIEGE 1950.
*"Noel '44, la Bataille des Ardennes" / Charles B.MacDonald
* Article "Le Vieux Château et le village dans le contexte politique de leur époque" sur Assenois de
Daniel Trinteler. Janvier 2010. Bulletin « Terre de Neufchâteau »

* « Operational Performance of the US 28th Infantry Division September to december 1944 » par Jeffrey P.Holt, Maj, USA B.S., University of South Alabama, 1982

* “28th Infantry Division in World War II” par The Battery Press, 2000

* “United States Army in World War II” par Graham A.Cosmas/Center of Military History United States Army Washington D.C.

* Belgique 44 / Ardennes 44-45 par Peter Taghon, 1993

* « Troy H.Middleton : A Biography » par Frank J.Price

* “Bastogne The First Eight Days” par S.L.A. Marshall, 1977

* “Guard Wars: The 28th Infantry Division in World War II” par Michael E.Weaver, 2010

* “Alamo in the Ardennes”, John C.McManus, 2007

* “Drive”, Charles C.Codman

* “The Patton Papers: 1940-1945”, George Smith Patton Jr.

* “Advance and Destroy: Patton as a Commander in the Bulge”, John Nelson Richard

 



Copyright bloodybucket.be© 2014