INTRO :

Il existe 3 « niveaux » dans les unités militaires :

Le « Combat » : les troupes combattantes = Armor, Infantry et Artillery ;

Le « Combat Service » : ceux qui sont au service direct des troupes combattantes = Medical, Engineers, Military Police, etc. … .

Le « Combat Service Support » : ceux qui s’occupent de la logistique afin que tout ce passe bien pour le 2 autres « niveaux ».

Des statistiques après-guerres ont démontrés qu’il fallait parfois jusqu’à 20 hommes des « Service » et « Service Support » pour maintenir 1 soldat au combat !!!

Durant WWII les Engineer Battalions furent « classés » en plusieurs groupes : les Combat Engineers, les Construction Engineers, les Bridge Building Units, les Heavy Construction et les Facilities Engineers. Les Combat Engineers servirent directement sous les unités d’infanterie et artillerie sous le nombre de 1 bataillon par division. Leur mission principale fut de nettoyer les champs de mines, de construire et parfois de détruire des ponts et obstacles + autres missions de combat diverses. Les Construction Engineers s’occupèrent des routes, de l’approvisionnement d’eau, etc. … . Les Bridge Building Units eurent comme mission d’être capable de construire des ponts sous n’importe quelle condition climatique ou de combat. La tache des Facilities et heavy Construction Engineers fut de « reconstruire » des villages détruits après les batailles. Grace à ces unités l’avancée allemande dans les Ardennes fut retardée, le pont à Remagen fut consolidé suffisamment afin de faire passer les troupes nécessaire, etc. … . Chaque fois que l’infanterie était bloquée, les engineers furent appelés à la rescousse… .


 

103RD ENGINEER BATTALION :

MOTTO : « PARATUS »


HISTOIRE :

 

Le 103rd Engineer Battalion, le « Dandy First » est la seul unité de Pennsylvanie à être autorisé de porter le « lineage » d’une unité de l’Armée Continental. Quand en 1747 Benjamin Franklin fut son appel aux citoyens pour la défense de la Philadelphie, il chercha des charpentiers et hommes de mains dans les différents chantiers navals afin de former une batterie d’artillerie. Ces unités (Artillery Companies of the Associated Regiment of Foot of Philadelphia), qui plus tard allaient former le 103rd Engineer Battalion, font parties des plus anciennes et plus décorées organisations militaires du Commonwealth. Armés de canons (certains achetés grâce aux profits d’une loterie, d’autres « empreintés » à la ville de New York) les artilleurs montèrent les premières défenses le long du Delaware River. Les canonniers eurent leur première expérience de combat lors de le French et Indian War : des éléments de l’artillerie furent engagés dans le Crown Service et dispatchés vers Pittsburgh et Erie. Une génération plus tard, à la veille du American Revolution en 1776, les hommes furent réorganisés entant que le Philadelphia Artillery Battalion. Une compagnie, sous le commandement du Cpt.Thomas Proctor, fur renommé la Pennsylvania Artillery Company et transférée dans la Continental Army entant que Proctor’s 4th Continental Artillery. L’unité participa à de nombreux combats révolutionnaires comme à Trenton, Princeton, Mormouth, Brandywine, Germantown et Yorktown. A la fin de le Revolutionary War le Proctor’s Artillery Battalion et les Philadelphia Artillery Battalions furent réunis dans le nouveau Regiment of Artillery. Six compagnies de cette unité furent mobilisées pour la guerre de 1812. En 1822 l’unité fut réorganisée d’abord entant que Artillery Battalion, 1st Brigade, 1st Division, Pennsylvania Militia…, puis en 1st Artillery Regiment, Pennsylvania Militia (mieux connu par leur surnom  « 1st Regiment Gray Reserves »). En avril 1861 le régiment fut mobilisé pour le Civil War entant que 17th Regiment, Pennsylvania Volunteer Infantry. En 1862 l’unité fut à nouveau réorganisée en 2 régiments : le 118th « Corn Exchange Regiment » et le 119th Grey Reserves. Tous les deux furent incorporés dans l’Army of the Potomac.

Les « Philidelphians », à ce moment là plus infanterie que artillerie, requirent honneur et gloire à des endroits telles que Antietam, Fredericksburg, Chancellorsville et Gettysburg.

Après la guerre Hispano-Américaine en 1898 le 1st Pennsylvania Volunteer Infantry fut envoyée en 1916 au Texas pour y aider à  chasser Pancho Villa.

 

WWI :

 

Quand les États-Unis entrèrent en Europe en 1917, l’unité fut regroupée avec la 13th Infantry sous la désignation 109th Infantry. Sous les bombardements et attaques à gaz des allemands les « Keystoners » avancèrent de bataille en bataille à travers la France : Champagne-Marne, Aisne-Marne, Oise-Aisne, Meuse-Argonne et Lorraine. Peu après WWI l’unité fut rebaptisée le 103rd Engineer Regiment. Suite à cette « renomination » le 103rd commença à chercher des nouveaux effectifs : ingénieurs, etc.…furent directement « recrutés » de l’académie de Drexel et de l’université de la Pennsylvanie.
 

WWII :

 

Vers septembre 1939 le 103rd ER, à ce moment sous le commandement du Col.Horace Inman, devint une partie intégrante de la National Guard of Nation. Le 15 mai 1940 le régiment fut rebaptisé le 103rd Combat Engineer Regiment.

Le 31 janvier 1941 la 28thID fut mobilisée par ordre du Président Roosevelt. Le 17 janvier 1941 le 103rd ER devint une partie intégrante des United States Fighting Forces. Après sa mobilisation dans les rues de Armory, Broad et Calowhill elle entama les préparatifs et recrutement supplémentaires en vue d’un service « actif » de longue durée.



Malheureusement plusieurs cadres du 103rd furent « recalés » lors des « examens préparatifs » à cette mission. Cet ainsi que le Col. Inman fut remplacé par le Lt.Col.H.Wallis Anderson. Anderson, qui venait tout juste de renter dans le régiment, avait déjà quelques années de service au sein de la 28thID. Le 28 février 1941 le régiment rejoignit la 28th à l’Indiantown Gap Military Reservation. A son arrivé la construction du camp n’était pas encore complètement achevée… . Ceci donna une belle occasion à la 103rd de se distinguer en achevant la construction sous les conditions climatiques rudes des mois de février et mars. Après ce petit exploit le régiment entama son entraînement de base, suivit d’autres formations plus spécifiques à sa future fonction au sein de la division. A cette occasion il fut « rééquipé » avec des camions, grues, tracteurs, pontons, ponts type H-10, etc.… . L’entraînement spécifique « pontage » eu lieu au lacs de Mont Gretna. Hors à cause des « écartements de cadres » lors de sa mobilisation le 103rd CER manquait cruellement d’officiers ! Cette lacune fut comblée par l’assignement de Cpt. Elmer J.Haile Jr., Lt.J.H.Costinett, Harry Cameron, Whyte P. Brooks, William F.Thomas, C.D.Wiletts et autres… . Différents d’entres eux, comme Costinett et Cameron, avaient déjà suivi un entraînement d’été au sein du régiment. Les autres avaient suivi des formations plus spécifiques au niveau du QG.



Des petites compétitions entre différentes unités de la 28th maintinrent le moral élevé au sein des troupes. Une de ces compétitions inclut le 103rd et les « Medics » : en voyant le 103rd construire un pont H-10 « contre la montre », les « Medics » lancèrent le défi d’être capable de faire de même en moins de temps… . Un peloton provisoire fut formé à partir de personnel médical et de la 28th Band (la « fanfare » de la 28thID) et l’équipe se lancèrent dans l’aventure… . Ils réussirent à monter le pont dans un temps « raisonnable », et afin de prouver qu’il était bien solide ils simulèrent une évacuation complète de blessés en le traversant… . Parmi d’autres activités il eu également une reconstitution de la bataille des Grimpettes Woods de 1918 par le 110thIR et le 103rdCER. Une fois son entraînement de base terminé, le 103rd fur déplacé le 28 août à Fredericksburg à l’A.P.Hill Reservation, Va., pour des formations de manœuvres à grande échelle. Puis il se prépara dans des manœuvres divisionnaires avec la 1st Army : le départ fut donné le 25 septembre à Carolina. Après 4 jours d’exercices avec bivouacs à Winchester, Horse Pense et Greensboro N.C. le 103rd arriva au camp Lilesville. De là il retourna à Indiantown en faisant une opération de 3 jours via South Boston et Warrenton. Se déplacement se fit en 4 « séries » : 1. le 55th Infantry Brigade ;  2. le 56th Infantry Brigade ;  3. le 58th Artillery Brigade et en quatrième toutes les autres unités incluant le 103rdCER, le 108th Quartermaster Regiment, le 103rd Medical Regiment, le Tank Destroyer Battalion, la « Pigeon Company », le Cavalry Regiment, etc… .

 

Le 4ième « serial » démarra le dimanche matin à Wadesboro N.C….date de l’opération : 7 décembre 1941… . C’est sur la route que les troupes apprirent la nouvelle de l’attaque Japonaise sur Pearl Harbor… . Dans les jours qui suivirent cette nouvelle les rumeurs faisaient bon train au sein de la division : des ordres furent donnés, puis annulés… . Le 11 décembre une équipe de reconnaissance, incluant le Division Engineer, G-1, G-4, Provost Marshall, etc…, fut envoyée sur la côte du New Jersey. Leur mission était de trouver des sites aptes à accueillir un bivouac de défense passive « dissimulé » au sud-est au Camp Dix. Les permissions  de Noël et du Nouvel An furent annulées et certains membres du personnel furent même rappelés de leur congé ! Le Engineer Regiment fut mobilisé en assistance du Philadelphia District Engineer (Col.Vaugn) afin d’établir des projets de protections des aéroports de Philadelphia et New Castle.

Janvier 1942 fut également un mois tumultueux.

La 28th fut envoyée au Camp Livingstone. Là-bas le 2ème bataillon 103rd Combat Engineer Regiment fut détaché de son régiment et renommé 180th CER. Le reste de la division entama son déplacement vers Indiantown : la 28th fut réorganisée dans une division « Triangulaire » : le nombre de régiments furent ramenés de 4 à 3… . Le 103rd fut réduit d’un régiment à un bataillon. C’est ainsi qu’il perdit 2 commandants de bataillon (Maj. Harry Johnson Jr. et John J.Borbridge), différents capitaines (entre-autre John L.Ross et Fred J.Maurade), ainsi que le 1st Lt.Howard C. (PoP) Daniels. La plus part furent réassignés dans la Air Force.

C’est donc à l’aube de WWII pour les États-Unis que le régiment fut « divisé » en 103rd Combat Engineer Battalion et 180th Engineer Heavy Pontoon Bridge Battalion.

Le 103rdCEB participa avec la 28thID aux campagnes de la Normandie, Nord de France, Rhénanie, Ardennes-Alsace et Europe Centrale.

Le bataillon se distingua particulièrement pendant la Bataille des Ardennes en construisant des « road-blocks », ainsi ralentissant l’avancée allemande… .

APRES...
 

Après WWII les 2 unités (103rdCEB et 180th EHPBB) furent à nouveau réunies pour former le 103rd Engineer Battalion. Le bataillon fut mobilisée pour la guerre de Corée et servit en Allemagne jusqu’en 1953.

  

Crest :




Description:

Couleur doré + émailé pour une hauteur de 2,94cm en forme de bouclier. Fond blanc, bord rouge, 2 chevrons bleu Azure dont premier avec 6 fleurs-de-lis et deuxième avec 10 étoiles dorées, lion au centre. "Scroll" bleu avec inscription dorée "PARATUS".

Symbolisme:

Le blanc symbolise ancienne couleur de l'infanterie, les chevrons bleus signifient la reconversion en infanterie durant la Guerre Civile et WWI.
 Les 10 étoiles représentent les 10 honneurs de champs de batailles durant la Guerre Civile et les 6 fleurs-de-lis les campagnes durant WWI.
Le lion rouge symbolise la participation à la "Guerre de 1812".
Le bord rouge indique que l'organisation est actuellement (à cette période...) une unité "Engineer".
"PARATUS" = "Toujours prêt"
L'insigne fut officiellement approuvé pour le 103rd Engineer Regiment, Pennsylvania National Guard le 12 Decembre 1931, puis redesigné pour le 103rd Engineer Battalion, Pennsylvania Army National Guard le 3 Septembre 1942    


 



Copyright bloodybucket.be©  2012